Editorial : Michel Marre

Photo couverture : Dominique Forestié  (Home sweet trainer)

LE TEMPS !

  Le temps ! s'agit, ici, des prévisions météorologiques qui conditionnent particulièrement nos sorties. Si la comptine « Il pleut, il mouille » satisfait les grenouilles, ce n'est pas le cas des cyclistes en général. Contrairement à ce batracien, le beau temps est nettement plus apprécié par les adeptes de la route. Mais comme toute médaille comporte un revers, subir les onglées si douloureuses, l'ondée non souhaitée aggravée par les projections des roues que l'on ne veut pas quitter, Eole parfois violent - que l'on préfère de dos plutôt que de face - ou même dangereux s'il souffle de côté, éléments auxquels il faut ajouter le brouillard ou la chaleur accablante développent le mental, cette force intérieure qui permet de se transcender, de repousser ses limites mais aussi ses doutes avec, en toile de fond, les indispensables volonté et… motivation.

Le temps ! Ici c'est le temps lié à l'âge, à la date de naissance. Là, cela devient sérieux car, dixit Steeve Jobs : « quelle que soit l'étape de la vie à laquelle nous sommes actuellement, avec le temps, nous serons confrontés au jour où le rideau se ferme ». C'est une réalité. Déjà, en se retournant, on peut s'apercevoir que le peloton se rétrécit. C'est inéluctable même si ce n'est pas clairement perçu par tout le monde. Autant être conscient de cet état de fait pour pratiquer notre activité sportive favorite en étant sans cesse dans la pensée positive. « Je suis heureux ! » : chaque sortie collective ou individuelle devrait traduire ce sentiment. Soyons « des cadets » et ce sera un grand pas pour notre épanouissement et mettons sous le tapis la morosité, le pessimisme, voire l'aigreur, facteurs négatifs s'il en est. Profitons de la magie des pelotons , c'est un bain de jouvence sans cesse renouvelé !

En même temps, fréquenter un peloton est riche d'enseignements et ferait probablement le bonheur d'un philosophe car les comportements sont, a priori, partiellement révélateurs de la personnalité des uns et des autres. Y sont remarqués les compétiteurs, les battants qui n'hésitent pas à prendre la tête des groupes, les attentistes ou les contemplatifs qui y demeurent discrets à moins que ce ne soient des mélomanes qui se délectent de la musique des roues qui, il faut en convenir, est un véritable enchantement pour un amoureux de la petite reine. Et enfin, il y a les « coucous », ces voleurs de nids et parasites des couvées d'autres espèces. Ces resquilleurs sont, sans nul doute, attirés par l'attractivité du VCM (sur ce point ils sont dans le vrai !), mais en ne souscrivant pas la licence et la cotisation du club (principales ressources financières), ils roulent sur l'éthique sportive.Au fil du temps… et des années, chacun peut s'apercevoir que la santé est un bien précieux et inestimable qu'il faut préserver et faire perdurer le plus longtemps possible... car indéfiniment ce n'est pas jouable. C'est une lapalissade. Pour cela, s'attacher à comprendre le mieux possible la mécanique sophistiquée de notre corps à l'effort physique est déjà une avancée de premier plan pour se maintenir en bonne santé naturellement, mais aussi acquérir une condition physique de sportif et connaître des pics de forme pour les plus déterminés. Cette véritable alchimie englobe la gestion à l'effort (quantité et qualité), la récupération (active ou passive, les étirements), la diététique etl'hydratation notamment. Essayer d'appréhender au mieux ces éléments inhérents à la pratique du vélo ouvre la route au bien-être physique et mental. Aimer le sport et le vélo est un don du ciel pour notre harmonie de sportif en associant « la tête et les jambes ».

Cette santé mise en avant et à mal par cette terrifiante crise sanitaire inédite qui change pour un temps notre façon de vivre met en tête de peloton notre fragilité humaine. Elle incite à la modestie du plus humble au plus puissant. Cette maxime, attribuée à Socrate (déjà !) et reprise dans une réplique du film Les Tontons Flingueurs « Ce que je sais, c'est que je ne sais rien ! » est toujours d'actualité, même pour un professeur de médecine de renommé mondiale qui admet « Je fais partie des chercheurs les plus informés du monde et je n'y comprends rien ! ». Mais comme le pire côtoie souvent le meilleur, retenons cet épisode brutal pour pratiquer notre activité favorite avec passion pour certains, raisonnablement pour d'autres, mais toujours avec plaisir et avec cette recherche intime de « l'or du temps ». Mais là, il faut laisser « du temps au temps » pour comprendre.

 Roue-libre complet ci-dessous en PJ (Accès réservé aux membres du VCM péalablement identifiés sur le site ==> Voir ICI