RL 475 01

Editorial : Françoise FABRE

Photo de couverture : "Un groupe de la 2 de passage à Carême le 26 mai 2021"  Stéphanie Gérard

Nota : Roue Libre complet avec les parcours en pj PDF en bas de page (par un simple clic sur le titre de l'article ou sur "lire la suite" de cette page de l'Edito).

Ce satané virus a boosté la Petite Reine
Bouchons, perte de temps, pollution, écologie, économie, activité sportive et, depuis plus d’un an maintenant, distanciation, sortie restreinte, etc… tant de bonnes raisons qui conduisent de plus en plus de français à utiliser un deux roues et plus précisément une bicyclette très adaptée pour les petits parcours urbains. La circulation en ville devient un calvaire lorsqu’il faut se déplacer, surtout aux heures de pointe qui d’ailleurs s’allongent de plus en plus. Montauban n’est pas encore saturée mais prenons Toulouse, la rocade se bouche dès 7 h du matin.

Alors, les français commencent à laisser leur voiture au garage au profit du deux roues ; évidemment nous sommes bien en retard par rapport à nos voisins hollandais, danois, belges ou allemands qui ont développé de véritables infrastructures, des milliers de kilomètres de voies cyclables voire des autoroutes pour deux-roues : nos voisins pensent vélo…

Néanmoins ne soyons pas trop critiques : des villes comme Strasbourg, Nantes, Bordeaux et même Paris ont fait de très gros progrès pour le déplacement en deux roues : Strasbourg est d’ailleurs parmi les premiers européens en matière de développement pour les deux roues.

Outre l’utilisation urbaine, le vélo c’est aussi la pratique cyclotouriste et sportive, en club, en promenade d’un jour et aussi en grande randonnée de plusieurs semaines. Les projets sont variés, pour tous les âges, avec tout type de matériel adapté à tout type de terrain et désormais, avec l’assistance électrique, beaucoup de difficultés deviennent accessibles.


Mais un autre virus existe depuis très longtemps, le danger sur les routes : beaucoup de conducteurs, des chauffards pour une petite minorité, n’apprécient pas toujours la présence des cyclistes ; certains même nous détestent. Alors pour conserver cette joie de pédaler, veillons à notre sécurité, surtout en peloton.