RL 459

Editorial : Hugues DESMETTRE

Photo de couverture : Michel MARRE   "Les générations du VCM"

Déjà 4 ans ou… enfin 4 ans ?


Comme le temps passe vite. C’est la fin de la 1ère mandature depuis que le comité directeur a décidé de modifier les statuts du club en instituant un mandat de 4 ans pour tous les membres élus au comité directeur (CoDiR), le bureau et le président. Souvenez-vous, avant, le comité directeur était renouvelable par 1/3 tous les 3 ans, le bureau renouvelé à cette occasion et le président remettait son mandat en jeu tous les ans. Résultat en 4 ans le club avait connu 4 présidents différents.
Certes le mode d’élection choisi a permis d’assurer la stabilité de l’équipe de pilotage (je n’aime pas le terme dirigeant) de notre club. Une seule démission au cours de ces 4 années de mandat, au contraire certains sont venus renforcer l’équipe.
Tout au long de ces 4 ans, tout a été assuré : nos grandes organisations, les brevets, les voyages, les sorties hebdomadaires, la parution de la revue « Roue Libre », la représentation du club au sein des instances municipales (OMEPS, Fête des Sports),
départementales et régionales, un projet d’école cyclo a vu le jour, et j’en oublie sans doute…Tout ce travail a été réalisé par une petite équipe fortement attachée au VCM. Je remercie chacun chaleureusement pour le travail accompli.


Avons-nous bien fait de modifier les statuts ? S’il était difficile de renouveler le comité directeur par 1/3, il sera encore plus difficile de le renouveler dans sa totalité. Je sais que de l’équipe actuelle, certains ne souhaitent pas se représenter. Non par antagonisme ou conflit, mais parce que la fatigue s’installe, comme partout, ou parce que, comme beaucoup de bénévoles, ils sont engagés dans d’autres associations. C’est leur choix je le respecte, on ne peut être partout à la fois. Mais je sais aussi qu’ils continueront à aider d’une autre façon.
Vous l’avez compris, il s’agit bien d’un appel à candidature que je lance ici.
Au comité directeur du VCM, il n’y a pas d’enjeu politique, ni non plus de rémunération. Que du loisir, que le souci de faire fonctionner un club de 320 adhérents aux multiples activités, dans une ambiance d’amitié réelle et franche.
Et que vive le Véloce Club Montalbanais.